telenn kemper 1

Hent Telenn Breizh

La Voie de la harpe
de Bretagne

La Harpe de Bretagne

ou Harpe Celtique Ancienne:

L’instrument de musique

Accueil

Notre charte

L'instrument

Facture de harpe

Les sources

Artistes et spectacles

Stages et ateliers

Calendrier

La semaine Telenn ar Gelted

Catalogue livre & Cd

Liens

Queen Mary Harp

Queen Mary Harp (Musée d'Edinburgh)



    La harpe ancienne de Bretagne, ou "Harpe des Celtes", est visible sur l'iconographie de l'ensemble des territoires celtiques. Elle fut jouée jusqu'au 18ème siècle par les Gaëls d'Irlande et d'Ecosse.

Trois instruments historiques de la période médiévale ont ainsi été préservés: la Brian Boru Harp (Irlande), la Lamont Harp et la Queen Mary Harp (Ecosse), ainsi appelée pour avoir appartenu (brièvement) à la reine Mary Stuart. La harpe de Quimper (de même époque), sculptée sur le portail sud de la cathédrale, présente les mêmes proportions.

Ces harpes, les plus anciennes parvenues jusqu'à nous, sont les plus achevées. Elles sont construites selon le canon de la géométrie sacrée, qui témoigne des origines antiques de l'instrument, et de ce même élan vers l'absolu.



structure de l'instrument


La harpe celtique ancienne est caractérisée par :

1) une caisse de résonance creusée dans un seul bloc de saule rouge,

2) un plateau arrière fermant la caisse,

3) quatre ouïes sur l’avant

4) des cordes de bronze fortement tendues relativement resserrées (11mm au milieu des cordes), disposées en éventail

5) des cavaliers de métal ouvragés à la base des cordes

6) une console harmonique courbe centrée en haut de la caisse

7) des chevilles de métal, coniques

8) des joues de métal de chaque côté de la console harmonique

9) un pilier courbe représentant ou évoquant la forme d’un saumon à deux têtes

 


Elle est assemblée par un jeu de tenons et mortaises, sans aucune utilisation de colle. Une technique traditionnelle consiste à immerger les pièces de bois dans la tourbe avant assemblage afin qu’elles se chargent de silice, ce qui sublime la qualité du son et garantit la durée du bois dans le temps.

L’accord : La harpe ancienne est accordée en quintes justes (accord dit " pythagoricien "). Il n’y a pas de système de chromatisme, mais on réaccorde certaines cordes, les notes mobiles (ex : FA-FA dièse), pour accéder aux tonalités voisines ou changer de mode. Certains modes nécessitent un accord diatonique (ex : do ré mi fa sol la si do), d’autres un accord pentatonique (ex : do ré mi mi sol la la do). L'accord se caractérise également par l’usage des caomhluighe (littéralement: "les amants") : deux SOL à l’unisson dans les bas médium, servant de référence. Les modes ayant SOL comme fondamentale étaient prédominants dans la tradition de la harpe ancienne. Le bourdon de SOL omniprésent est ainsi amplifié par la vibration sympathique des caomhluighe.

 

Mains Violaine

La technique de jeu :

1) la harpe est posée contre l’épaule gauche, main gauche dans les aigus, main droite dans les graves

2) on utilise les ongles,

3) les doigts sont droits, perpendiculaires aux cordes, pouce en bas

4) certaines cordes sont étouffées, d’autres autorisées à vibrer

5) le jeu requiert douceur et subtilité, et permet une grande précision rythmique.

Des techniques spécifiques très élaborées d’ornementation et de composition musicale, ainsi qu’une riche terminologie, caractérisent la harpe ancienne de Bretagne.

 

 

 

 

 

 

Le répertoire : ces techniques de jeu retrouvées sur les plus anciens manuscrits connus donnent accès à un vaste répertoire de musiques traditionnelles: mélodies, marches, danses, etc...
La harpe interprétait également un répertoire de ceol mor " grande musique ", musique savante, liée par sa fonction aux rythmes de la vie des clans. Cette musique fascinante a été retrouvée par la confrontation des manuscrits anciens (Robert Ap Huw, Angus Fraser...) avec la tradition orale du piobaireachd (grande musique de la cornemuse écossaise), les deux instruments représentant deux modes d’expression complémentaires d'une même culture. Ces pièces, très longues, étroitement structurées en variations ornementales d’intensité croissante, travaillent profondément sur les émotions. Il s’agit probablement du type de musique qui, à la harpe, accompagnait la poésie chantée.


Un patrimoine universel:
La harpe celtique ancienne est un héritage fascinant que nous ont transmis les Bretons et les Gaëls, malgré une forte adversité. Les étonnantes connections entre cette ancienne musique de harpe et les musiques antiques de la Chine, de l’Inde, de l'Egypte, sont autant d’indices révélant que nous sommes en présence d’un héritage universel qui nous connecte à de très lointaines origines. Le style de jeu de la harpe ancienne de Bretagne, à la fois doux et dynamique, réduisant au minimum l’attaque de l’ongle, fait naître des harmoniques très subtiles, qui nous relient à l'universel.