CD

Violaine Mayor

Strujenn Haleg "Surgeon de Saule"

harpe gaélique


Presse:

      "Le résultat est là, superbe, que ce soit dans l'interprétation d'une danse plinn, d'une gavotte, ou encore dans celle, très périlleuse, de "Lament for Mary MacLeod", pibroch signé MacCrimmon. Strujenn Haleg est l'un des plus beaux enregistrements de harpe jamais sortis en Bretagne" (ARMEN)

    "Ce disque solo n'est pas sans rappeller certaines des premières productions d'un Alan Cochevelou-Stivell ouvrant une voie où certains se sont engagés à sa suite, et maintenus." (Musique Bretonne)

 

Extraits du livret:

    La harpe à cordes métalliques fut jouée en Irlande et en Ecosse jusqu'au XVIIIème siècle avec une facture et des caractéristiques constantes. Elle culmine dans les magnifiques clairseach du Trinity College à Dublin ("Brian Boru Harp") et du musée d'Edinburg (Queen Mary harp, Lamont harp), datant du XIVème au XVème siècle. En Bretagne, on trouve des allusions aux cordes de métal dans les lais médiévaux où il est fait référence à plusieurs reprises à des "cordes d'argent". Cet instrument accompagnait la poésie chantée et joua un rôle essentiel dans la diffusion de la poésie celtique et du cycle arthurien.

Retour au catalogue Retour à l'accueil

 

 


strujenn haleg



strujenn haleg 2

Photo Albert Pennec


CD VM02, édition Hent Telenn Breizh 2001, distribution Coop Breizh

    Cette harpe se jouait sur l'épaule gauche, avec les ongles, selon un style spécifique très élaboré, comportant des techniques d'ornementation et d'étouffement des cordes.

    Plusieurs manuscrits et collectages permettent de retrouver ces techniques de jeu, notamment les célèbres manuscrits de Bunting, et le manuscrit de Ap Huw (Pays de Galles). La troisième source essentielle est la musique de piobaireachd (Highlands d'Ecosse, XVIè-XVIIIè s.). Celui-ci (prononcer pibroc'h) est l'expression, sur la cornemuse, de la ceol mor, "grande musique" des clans écossais. Cette musique, basée sur un thème suivi de variations ornementales rigoureusement structurées selon une technique qui plonge ses racines dans la tradition de harpe médiévale, était jouée tant à la harpe qu'à la cornemuse.

    En travaillant sur ces trois sources essentielles, on ne peut manquer d'être saisi par leurs similitudes, malgré leur espacement géographique et chronologique. A ce stade de la recherche, apparaît comme dans un puzzle l'image d'une véritable harpe "celtique" qui, antérieurement à la colonisation anglaise, possédait, au-delà des styles locaux spécifiques, un immense répertoire de musiques, de techniques de jeu et de techniques de composition, d'une richesse et d'une cohésion éblouissants, en relation étroite avec les autres formes d'art, tels que la poésie, le chant, la musique de cornemuse, l'enluminure...

 

1 - Ar C'hemener - 5:25

2 - Mrs Crotty's Waltz - 2:32

3 - Oran do Mhac Leoid Dhùn Bheagain - 1:50

4 - Planxty Kelly - 2:42

5 - Fuaim an Taibh - 2:58

6 - Cumh Easbig Earraghaal 5:42

7- La jeune fille damnée 3:36

8 - Itron Varia ar Releg 2:23

9 - Seathain - 8:50

10 - Cumha Mairi nighean Alasdair Ruaidh - 14:2

11 - Ar Miliner - 4:35